NATIONAL 1. Matthieu Geran (Martigues) nouvelle recrue des Thoniers. Lire l'interview...

Première question, quel est ton âge et quelle est ta région d'origine ?

J'ai 25 ans et je suis né à Poissy.

Peux-tu nous décrire le joueur qu’est Matthieu Geran?

Je suis un milieu excentré. Je suis assez rapide et plutôt technique. Je suis assez combatif et je m'investis aussi sur le plan défensif.

Et dans la vie, comment es-tu ?

Je suis complétement différent dans la vie et sur le terrain. Je suis quelqu'un de plutôt calme mais sur le terrain, j'ai la rage.

Peux-tu nous décrire ton parcours ?

J'ai commencé assez tard à jouer à un bon niveau. À 17 ans, j'ai rejoint le FC Mantois pour jouer en 19 DH et CFA. Je suis ensuite parti pour trois ans (sous contrat amateur) au RC Lens avec des hauts et des bas notamment en raison d'une rupture des ligaments croisés. Je suis ensuite parti à Quevilly (CFA) où j'ai vécu une très belle première saison : deux buts, 12 passes décisives, un 1/8 de finale de coupe de France. J'ai ensuite refusé un contrat pro de trois ans avec Évian Thonon Gaillard. La première partie de ma 2e saison à Quevilly a été plus compliquée en raison d'une entorse au genou. Je n'ai quasiment joué qu'une demi-saison mais j'ai quand même marqué deux buts et fait huit passes décisives. L'an passé, je jouais à Martigues en CFA (six buts, deux passes décisives). Le projet était de jouer la montée mais nous avons du nous battre pour le maintien.

Quels sont tes points forts ?

Je pense que c'est ma vitesse et ma capacité à éliminer.

Avant de signer à l’US Concarneau, est-ce que tu connaissais le club ?

Oui car je suivais le parcours de Kalen Damessi avec qui j'ai joué quelques mois à Quevilly. Je regardais donc les résultats et j'ai visionné quelques matchs.

En quelques mots, la Bretagne, ça t’évoque quoi ?

Je ne suis jamais venu en Bretagne. Mais je suis quelqu'un de très ouvert et j'aime beaucoup découvrir.

Enfin, si tu avais un message à passer aux supporters de l’USC, ça serait quoi ?

J'espère qu'ils viendront nombreux comme l'an passé et que la région sera fière de nous.