logo sports ouest ouest-france.fr

Lundi 12 décembre 2016

National. Créteil - Concarneau : 0-3. Maîtrise, efficacité, les Thoniers ont donné une leçon de réalisme aux joueurs d'un Laurent Fournier qui a paru résigné.

of
Le choix de mettre Saïd Idazza devant s'est avéré payant pour Concarneau à Créteil.
Photo : André Ferreira/Max PPP


Les pros n'ont décidément pas la vie facile avec ces amateurs qui ne respectent plus rien. Vendredi, c'est Châteauroux qui concédait à domicile un cinglant 5-0, face au 17e Epinal, des Vosgiens qui n'avaient inscrit que treize buts en quatorze journées. Rien à dire. Michel Estevan devra chercher les solutions à ses problèmes dans son équipe et pas chez l'adversaire comme à Guy-Piriou.

Samedi, sur le terrain de Créteil-Lusitanos, un relégué qui rêve également de retrouver la L2, les Thoniers ont réalisé le match parfait.

Face à un adversaire qui restait sur deux échecs, ils ont parfaitement quadrillé le terrain avant de lancer leurs deux flèches, Idazza et Damessi pour compter un avantage de deux buts à la pause.

Le travail de Pascal Laguillier

« Nos contenus de matchs étaient bons, mais d'un point de vue mathématique, on lâchait trop de points, rappelle Nicolas Cloarec. Ensuite, les résultats de vendredi nous mettaient dans l'obligation de gagner, si on voulait rester au contact de Boulogne et Dunkerque qui avaient fait le plein. Cette huitième victoire arrive à point nommé, mais l'équipe a su être organisée, disciplinée et concentrée. Quand c'est le cas, on a montré qu'on était performant. »

Pas grand-chose à jeter dans la prestation des Concarnois, particulièrement réalistes face aux Cristoliens. Après la rencontre, l'entraîneur concarnois tenait à souligner le travail réalisé par Pascal Laguillier qui avait décortiqué dans la semaine les précédentes prestations de Créteil. « Il avait décelé certaines failles dans le jeu adverse et elles ont été parfaitement exploitées par nos attaquants, insiste Nico Cloarec. Pascal avait mis en lumière cet aspect-là des choses et c'est la raison pour laquelle on avait mis Idazza devant. Ça lui revient entièrement. On voulait défendre et contrer et c'est ce qu'on a fait. »

Le président Jacques Piriou peut déjà préparer le sapin pour les deux dernières rencontres de 2016 contre Epinal et Avranches. « On s'offre deux supers matchs chez nous, insiste le coach. Il n'y a plus qu'à mettre les cadeaux sous le sapin et on en sera à dix victoires. On fixera d'autres objectifs, mais quand on sera maintenu. Essayons de le faire le plus vite possible pour continuer à donner du plaisir à ceux qui nous suivent. »

CRÉTEIL - CONCARNEAU 0-3 (0-2).

André Lancien